samedi 31 octobre 2015

Bilan du mois [4] Octobre 2015


    Bonjour à tous !
    Avant toute chose : ce bilan remplacera le C’est dimanche que lisez-vous du 1er novembre. Nous ne voyions pas l’intérêt de le faire, puisque tout est dit et récapitulé dans le bilan, d’autant plus que nous serons absentes demain. Merci de votre compréhension.
    On se retrouve aujourd’hui pour un quatrième bilan, en déclin par rapport au mois dernier (ici), puisque Julie aura lu 9 livres, et Emilie 11, avec chacune 2 pavés. Vous aurez probablement remarqué que nous n’avons pas publié beaucoup de chroniques, et nous nous en excusons. Cela est dû au fait que, premièrement, nous avons lu pas mal de livres pour les cours et ce n’était pas intéressant pour nous de les chroniquer, et deuxièmement, c’était aussi pour éviter les doublons : nous avons eu des lectures assez similaires, avec parfois le même avis dessus, et voir deux fois le même livre chroniqué de la même façon, ce n’est pas intéressant. Au moins, nous sommes à jour dans nos avis ! 
    Bref. Dans les lignes qui suivent, comme le mois dernier, le premier paragraphe correspond aux lectures de Julie, et le second aux lectures d’Emilie. S’ensuivent nos impressions. Une fois plus, nous n’avons pas mis les couvertures des livres, parce que nous n’arrivons pas à bien les aligner sur le blog, et ça casse les pieds. Si vous voulez lire nos chroniques, vous pouvez cliquer sur nos appréciations.
    Petit plus : il y a de ça plusieurs années, une nuit de 31 octobre, Voldemort tuait Lily et James Potter, dans le but d'assassiner aussi leur fils Harry... Il était impossible ne pas rajouter ceci à notre introduction de bilan. Maintenant...
    C’est parti !

Nos lectures du mois…

The Book of Ivy, tome 1 – Amy Engel [Très bonne lecture] Non chroniqué
La Nuit de Valognes – Eric-Emmanuel Schmitt [Bonne lecture] Non chroniqué
Le passeur de lumière – Bernard Tirtiaux [Lecture moyenne] Non chroniqué
Outlander, tome 1 : Le chardon et le tartan – Diana Gabaldon [Excellente lecture]
Réparer les vivants – Maylis de Kerangal [Très bonne lecture] Non chroniqué
Bleu Saphir, tome 2 – Kerstin Gier [Bonne lecture]
Vert Emeraude, tome 3 – Kerstin Gier [Bonne lecture]
All Souls, tome 1 : Le livre perdu des sortilèges – Déborah Harkness [Bonne lecture] Non chroniqué

Tous nos jours parfaits – Jennifer Niven [Excellente lecture]



Meg Corbyn, tome 1 : Lettres écarlates – Anne Bishop [Excellente lecture] Non chroniqué
La Nuit de Valognes – Eric-Emmanuel Schmitt [Excellente lecture] Non chroniqué
La Cathédrale de la Mer – Ildefonso Falcones [Bonne lecture] Non chroniqué
Maybe, tome 1 : Maybe Someday – Colleen Hoover [Déception]
Réparer les vivants – Maylis de Kerangal [Bonne lecture] Non chroniqué
All Souls, tome 1 : Le livre perdu des sortileges – Deborah Harkness [Excellente lecture]
La Trilogie des Gemmes, tome 2 : Bleu Saphir – Kerstin Gier [Bonne lecture] Non chroniqué
La Trilogie des Gemmes, tome 3 : Vert Emeraude – Kerstin Gier [Bonne lecture] Non chroniqué
D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan [Très bonne lecture]
Le monde de Charlie – Stephen Chbosky [Coup de cœur]
Le printemps des cathédrales, tome 1 – Jean Diwo [Bonne lecture] Non chroniqué

Nos impressions…

• Julie : Ainsi, ce mois-ci, je n’aurai lu que 9 livres. Je suis assez déçue, mais bon, on ne peut pas tout avoir ! Je me suis quand même bien rattrapée pendant les vacances, alors cela compense. Je n’aurai eu aucun coup de cœur, ni aucune déception. C’est donc assez morne, livresquement parlant. En revanche, ma PAL a bien grimpé, alors j’espère faire de belles découvertes prochainement. Je n’ai pas chroniqué beaucoup de livres, et je dois avouer que cela m’a beaucoup manqué. Il était temps que je m’y remette !  Ensuite, le mercredi 28, j’ai retrouvé de l’inspiration ! J’ai même écrit une demi-page à la suite de la réécriture d’une histoire que je n’avais jamais terminé. Je suis juste tellement contente ! Cela faisait plus de six mois que je n’avais pas écrit.

Emilie : Ce mois-ci a été beaucoup moins productif que le mois dernier, où j’avais dévoré 15 livres (le bilan de septembre était incomplet). Au total, j’ai donc lu 11 livres (dont 7 en vacances, c’est déprimant…) ce mois-ci, donc 2 gros pavés : La Cathédrale de la Mer, pour les TPE (j’ai passé une semaine dessus), ainsi que Le livre perdu des sortilèges, que j’ai adoré et dont vous pouvez voir ma chronique plus bas ; ils dépassent allègrement les 500 pages tous les deux et c’est écrit petit dedans… Je n’ai chroniqué que 2 livres pour ce mois-ci ; les raisons sont expliquées par Julie plus haut. Les chroniques des deux derniers livres arriveront en novembre. Octobre a été un mois plutôt pas mal, niveau lectures : 1 déception, 5 bonnes lectures, 1 très bonne lecture, mais aussi 3 excellentes lectures et 1 coup de cœur. J’espère avoir un meilleur rythme en novembre, mais ce n’est pas gagné. Bon, 11 romans, c’est déjà pas mal, je suis contente de moi, cela aurait pu être pire. J’ai pu finir une série, La Trilogie des Gemmes, mais j’en ai aussi commencé 2 que j’ai adorées, dont j’espère pouvoir lire la suite ! Je me demande quelles lectures novembre va me réserver… Cela reste à voir au CDI. ^^

Voilà ! Comme le mois dernier, nous tenons à remercier celles et ceux qui nous suivent depuis environ 3 mois malgré le fait que nous ne soyons pas présentes en semaine. Cela compte beaucoup pour nous.
Nous vous souhaitons un beau mois de novembre avec plein de belles lectures.

jeudi 29 octobre 2015

All Souls, tome 1 : Le livre perdu des sortilèges - Deborah Harkness


Série : All Souls, tome 1
Titre : Le livre perdu des sortilèges
Auteure : Deborah Harkness
Edition : Calmann-lévy / Orbit
Genre : Fantastique
Nombre de pages : 517
Résumé : Diana Bishop est la dernière d’une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous – démons, sorcières et vampires – le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu’énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve au cœur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

Un roman qui m’a totalement charmée !

    Le livre perdu des sortilèges était dans mes envies Booknode depuis quelques temps, donc quand je l’ai vu à la médiathèque du coin, je n’ai pas hésité. C’est une grosse brique et c’est écrit petit dedans, mais j’ai quand même réussi à le lire en 4 jours. J’avais un peu peur d’être déçue, n’ayant pas lu de fantastique pur et dur depuis plusieurs semaines, mais au final, ma lecture a frôlé le coup de cœur.
   L’histoire (une grosse partie en tout cas), se déroule à Oxford, de nos jours. Diana Bishop est une universitaire et historienne américaine d’environ 30 ans spécialisée dans l’alchimie. C’est aussi une sorcière, la dernière de la puissante lignée des Bishop, mais depuis ses 7 ans, à la mort de ses parents, elle renie – ou essaye de renier – totalement la magie, essayant de l’utiliser le moins souvent possible. Elle passe ses journées dans une bibliothèque d’Oxford, la Bodléienne, pour ses recherches sur l’alchimie. Un jour, elle demande en consultation un ancien manuscrit, l’Ashmole 782. Elle sent tout de suite qu’il est différent, mais rien ne la frappe réellement, et après s’en être servie pour son travail, elle le rend à la bibliothèque. Cependant, le jour suivant, de nombreuses créatures (ici, des démons, des sorcières et des vampires) font leur apparition dans la bibliothèque, attirées par le fameux manuscrit redécouvert par Diana. Parmi ces créatures figure le professeur Matthew Clairmont, qui s’intéressait à l’Ashmole 782 depuis de nombreuses années. Matthew est aussi un vampire respecté et craint par beaucoup. Il s’intéresse aussitôt à Diana, car le manuscrit était perdu et introuvable depuis des dizaines et des dizaines d’années, et elle seule semble avoir pu le consulter. Sauf que Matthew est loin d’être le seul à convoiter l’ancien ouvrage, et tout cela met Diana en danger.

"Au commencement étaient l'absence et le désir.
Au commencement étaient le sang et la peur.
Au commencement était le livre perdu des sortilèges."

    Voilà en gros pour l’histoire ; je ne vais pas en dire plus pour ne pas spoiler. J’ai un peu de mal à m’organiser, alors c’est normal si mon avis fait un peu fouillis.
    Tout d’abord, j’ai adoré l’univers du Livre perdu des sortilèges. Très réaliste, l’ambiance à Oxford avait un petit côté sombre et gothique qui m’a beaucoup plu, surtout à cette période de l’année. Le fantastique, avec sorcières, vampires et démons a bien renforcé cela ; ce genre m’avait manqué. J’ai trouvé que Deborah Harkness a parfaitement réinventé ces créatures de la nuit : les vampires et les démons notamment sont bien approfondis, davantage que ce à quoi je suis habituée. Finis les gros clichés ! Par exemple, même si les vampires boivent toujours du sang, ici, ils n’ont pas de crocs par exemple, et peuvent sortir le jour. Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais j’ai apprécié que l’auteure tourne tout à sa façon et se réapproprie les vampires et les démons, des êtres pourtant bien connus.
    En outre, toujours avec l’originalité, le personnage de Diana est très plaisant à suivre. Le fait qu’elle sache qu’elle soit sorcière mais qu’elle renie tout de même sa magie est nouveau pour moi, elle est aussi très attachante, avec ses qualités et ses défauts, ses failles et ses faiblesses. Elle est bien approfondie, pas agaçante à mes yeux : elle ne se laisse pas marcher sur les pieds mais ne se comporte pas comme une garce qu’on a envie de claquer toutes les 2 pages non plus. Idem avec Matthew, le fameux vampire. C’est clair que sans lui, ma lecture aurait été beaucoup moins plaisante. Car Matthew est séducteur, sûr de lui, surprotecteur, puissant, parfois violent (mes passages préférés (je sais, je sais)), mais aussi doux et attentionné dans certaines circonstances, avec un passé, une histoire particuliers. De même pour les personnages secondaires : Ysabeau, Marthe, Marcus, Miriam, ainsi que les tantes de Diana, Sarah et Emily, sont eux aussi bien creusés, et c’est agréable à lire.
     Venons-en tout de suite à l’histoire d’amour, qui est encore un gros point positif. Ce qui m’a plu, c’est que la romance était différente de ce que j’ai l’habitude de lire. Matthew et Diana ne se sont pas sautés dessus dès le début et ne se sont pas tournés autour de façon trop poussée, au contraire, c’est allé assez doucement. Cela peut déplaire, mais ce n’a pas été mon cas. Beaucoup de passages entre les deux étaient justes géniaux, bien écrits, et m’ont fait frissonner tant la tension pouvait être forte ; c’était vraiment addictif. De même, le fait que nos deux protagonistes continuent à se vouvoyer même à un stade avancé de leur relation ne m’a pas gênée plus que ça, j’ai trouvé que c’était approprié, car cela ne l’aurait « pas fait » s’ils se tutoyaient trop tôt, je trouve. Après, c’est mon avis personnel, tout dépend du point de vue. En tout cas, cette histoire d’amour m’a vraiment conquise : c’est agréable d’avoir, pour une fois, des personnages charismatiques et bien approfondis qui s’aiment et ne sont pas du genre « je t’aime moi non plus ». Je pense que si je l’avais lu à un autre moment, cela m’aurait peut-être déplu, mais heureusement cela n’a pas été le cas, et je suis satisfaite de ce côté-là, il n’y a rien à dire.

"Avec cette bague, je t'épouse, et avec mon corps, je t'honore, (Puis il enleva la bague et la glissa à mon index jusqu'à l'index jusqu'à la deuxième phalange.) Et avec tous les biens que je possède en ce monde, je te comble. (Il sauta mon majeur et la mit à mon annulaire.) Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. (Il leva ma main à ses lèvres et la baisa sans me quitter des yeux.) Amen."

    L’auteure nous embarque vite dans son histoire, écrite avec le point de vue interne de Diana, entrecoupé parfois (mais rarement) d’un point de vue externe/interne de Matthew. Le dosage était parfait : un peu plus du PDV de Matthew, et je n’aurais pas aimé, j’ai une grosse préférence pour les PDV internes.
    En outre, les références à l’alchimie (la spécialité de Diana) et l’évolution (davantage le domaine de Matthew) ont été très plaisantes aussi. Je ne suis pas scientifique mais j’aime bien la physique, et j’ai trouvé très intéressant que l’auteure approfondisse un peu le sujet de l’alchimie, sans en faire trop non plus. J’ai appris pas mal de choses qui peuvent toujours êtres utiles, comme par exemple les noces chymiques (c’était écrit comme ça dans le livre), qui aboutissent à la pierre philosophale (comment ne pas penser au tome 1 de Harry Potter ?). Idem pour l’évolution, où l’œuvre de Charles Darwin, De l’origine des espèces a été évoquée. Là, comment ne pas penser au groupe de metal symphonique finlandais Nightwish et à son dernier album Endless Forms Most Beautiful, entièrement basé sur l’évolution et la théorie de Charles Darwin ? J’ai vraiment adoré en apprendre davantage là-dessus, c’était passionnant, et pas compliqué du tout à comprendre. En plus, quelque chose dans un livre qui fait énormément penser à Nightwish, quoi ! C’était inespéré.
    Vous devez vous demander pourquoi Le livre perdu des sortilèges n’a pas été un coup de cœur, avec une chronique si élogieuse. Comme je l’ai dit précédemment, le coup de cœur a été frôlé. Mais il y a une chose qui m’a un peu chiffonnée : le manque de description des actions. J’ai été paumée à plusieurs reprises à cause de cela, car l’enchaînement des actions (désolée pour la répétition) n’était pas assez approfondi. Ce n’est presque rien, mais c’est tellement dommage, car il ne manquait que ça pour avoir un coup de cœur !
    Cependant, n’allez pas croire que le style de Deborah Harkness est mauvais, car ce n’est pas le cas. Certes, pour les descriptions, peut mieux faire. Mais au moins, on sentait vraiment que le style n’était pas « enfantin », avec de très gros guillemets ; pour citer une Booknaute, il y a une réelle maturité dans la plume de Deborah Harkness, ce qui fait que ce roman est loin d’être du Young Adult. C’est agréable de lire un live aussi bien écrit et documenté, avec des passages qui font frissonner, cela faisait longtemps. J’ai déjà lu mieux, mais tout de même, l’auteure se démarque.
    J’ai essayé de trouver une musique pour aller avec Le livre perdu des sortilèges… mais je n’en ai pas trouvée. J’aurais pu mettre une musique de Nightwish tirée d’Endless Forms Most Beautiful, mais aucune ne collait vraiment… Du coup, je me rabats sur une musique d’un compositeur australien, Peter Gundry : Invocation. Elle va assez bien avec l’univers, je trouve, et puis je l’aime bien, ça change du metal. Vous pouvez me dire ce que vous en pensez en commentaire. :)

    En conclusion, ce tome 1 de All Souls est une excellente lecture dont je sors satisfaite et charmée. J’ai très vite été happée par l’histoire, l’univers m’a plu, tout comme les personnages, bien approfondis. L’histoire d’amour entre Diana et Matthew a été agréable à suivre, n’allant ni trop vite, ni trop lentement. C’est avec plaisir que j’ai redécouvert le fantastique ; le style de l’auteure n’est pas mal du tout, les références scientifiques sont intéressantes. Le seul bémol est le manque de description des actions ; s’il n’y avait pas eu cela, cette lecture aurait pu être un coup de cœur. En tout cas, c’est un livre que je recommande, surtout à cette période de l’année. Il vaut le coup !

                   
Et en bonus, la pochette de l’album Endless Forms Most Beautiful de Nightwish, sorti début 2015.