samedi 30 avril 2016

Les Hauts de Hurle-Vent - Emily Brontë

Titre : Les Hauts de Hurle-Vent
Auteure : Emily Brontë
Edition : Le livre de poche
Nombre de pages : 491 (sans dossier)
Résumé : Adopté par la famille Earnshaw, Heathcliff est élevé dans le domaine de Wuthering Heights. À la mort de son père, il est réduit au rôle de domestique. Seule la jeune Cathy Earnshaw lui permet de supporter les mauvais traitements et les insultes. Devenus inséparables, ils éprouvent bientôt l’un pour l’autre une passion dévorante. Mais leurs différences sociales condamnent leur relation. Malgré son amour, Cathy ne peut imaginer une union avec un homme sans rang ni éducation. Heathcliff en gardera à jamais une blessure profonde. De celles qui inspirent un sentiment de vengeance.




Un très bon livre, mais…

    Les Hauts de Hurle-Vent est une relecture : en effet, je l’avais déjà lu en version abrégée il y a deux ou trois ans, et j’avais envie de retenter l’expérience en version intégrale avec cette présente édition, surtout que je ne me rappelais plus de l’histoire… Au final, il s’agit d’une lecture en demi-teinte, et je vais vous expliquer pourquoi. Je tiens à préciser que cette chronique est écrite à l’internat, donc elle sera peut-être moins explicative que d’habitude.
    Je vais tout d’abord commencer par raconter un peu l’histoire sans trop en dévoiler. Au début, nous suivons Mr Lockwood qui désire louer la Grange, bâtisse située en Angleterre. Il va donc voir le propriétaire de cette maison, Mr Heathcliff, qui ne vit pas très loin, aux Hauts de Hurle-Vent. Là-bas, ils ont une conversation, et Mr Lockwood est intrigué par la présence de deux jeunes gens. Il rentre à la Grange, où il est obligé de rester car il est tombé malade. Il y rencontre Nelly Dean, qui a servi aux Hauts de Hurle-Vent puis à la Grange pendant 18 ans, et il lui demande des informations sur ces trois personnes rencontrées la veille. Nelly accepte, et nous entrons dans le cœur du roman. En fait, la narration se fait par la voix de Nelly, qui raconte à Mr Lockwood la vie de Heathcliff et d’autres protagonistes.
    Je m’arrête tout de suite pour énoncer un premier point négatif. Dans le roman, il est bien précisé que c’est Nelly qui raconte toute l’histoire à Mr Lockwood ; or, comment peut-elle se rappeler de tout ? Il y a de nombreux détails et des récits de conversation au style direct, et c’est impossible que Nelly ait pu se souvenir tout cela. Je sais que je cherche la petite bête en disant cela, mais personnellement cela m’a dérangée ; ce schéma de narration n’est vraiment pas judicieux, selon moi.
    Bref, pour en revenir à l’histoire, elle se passe sur deux générations : celle de Heathcliff, Catherine et Edgar Linton, pour résumer aux personnages les plus importants. Catherine a connu Heathcliff dès son arrivée au Hauts de Hurle-Vent, puisque c’est le propre père de Catherine qui l’a ramené chez eux ; on ne sait pas son origine. Depuis leur enfance, les deux jeunes gens se sont donc connus, et je n’en dis pas plus. De même pour Edgar Linton, je ne dévoilerai pas qui il est et son rôle dans l’histoire. Pour la deuxième génération, ce sont les enfants de ces trois personnes qui vont subir les répercussions de ce qu’il s’est passé avant leur naissance. Pour caricaturer, nous avons donc une véritable histoire de famille que j’ai trouvé très intéressante et vraiment bien ficelée ; rien à dire là-dessus. Au début, c’est vrai que j’étais un peu perdue, mais heureusement mon édition avait un arbre généalogique au début… Cela m’a bien aidée !

« Si tout le reste périssait et que lui demeurât, je continuerais d'exister ; mais si tout le reste demeurait et que lui fût anéanti, l'univers me deviendrait complètement étranger, je n'aurais plus l'air d'en faire partie. » Catherine

    Je pense que je vais stopper là pour l’histoire. Il y a plusieurs histoires d’amour très compliquées dans ce livre, et j’ai trouvé toutes très belles et bien approfondies. Les sentiments ressentis par les protagonistes sont intenses ; nous sommes parfois dans la passion véritable ; et l’auteure les dépeint très bien, ce qui rend le roman très fort et très beau de ce point de vue là.
    Concernant les personnages, je dois avouer que c’est ici que le livre pêche le plus. Ils sont tous très très bien approfondis, pas de doute là-dessus, mais c’est leur caractère qui m’a le plus mitigée. Par exemple, les deux Catherine (la mère et la fille) sont toutes les deux très hautaines et je les ai souvent trouvées horripilantes à critiquer leurs subalternes. Bien sûr, c’est normal pour l’époque mais… Je n’ai pas pu accrocher à elles de ce côté-là. Heathcliff est un personnage très déstabilisant, puisque si au début on a pitié de lui, on se retrouve vite horrifié par ses actions. Ainsi, même si leur comportement est normal et bien approfondi, j’ai personnellement eu parfois du mal à m’attacher à tous les personnages. Toutefois, ils ne sont pas tous horripilants : j’ai par exemple beaucoup apprécié Nelly, dont j’ai  compris les actions et décisions, et je me suis vraiment attachée à elle ; on voyait vraiment son désir de protéger sa maîtresse. De même, j’ai bien aimé le personnage de Hareton, que je vous laisse découvrir.
    Ensuite, il y a quelques trucs que je n’ai pas vraiment compris, notamment sur l’histoire entre  Catherine et Heathcliff, qui est plus que complexe. Cependant, c’est entièrement ma faute, mais je tenais à le dire comme cette chronique est avant tout mon propre avis.
    Enfin, l’auteure écrit très bien.  Son style est très recherché, avec beaucoup de vocabulaire, mais aussi très fluide. Je ne l’ai pas trouvé plus difficile à lire que ça, peut-être parce que c’est juste une relecture, mais en tout cas il m’a plu. En revanche, j’ai vu des avis disant qu’il est dur à lire, alors je pense qu’il ne faut pas lire ce livre trop tôt, ce qui risquerait de gâcher le plaisir de sa lecture. Beaucoup disent aussi qu’il y a des longueurs, mais personnellement je n’ai pas trouvé qu’il y en avait. Je précise également que j’ai mis plus d’une semaine à finir ce livre, parce que j’avais peu de temps pour lire : je vous conseille donc d’être motivé, si vous voulez le lire ou le relire.

    Pour conclure cette chronique que je trouve trop courte étant donné le monument que sont Les Hauts de Hurle-Vent, c’est une très bonne lecture. L’histoire est complexe, intéressante, très bien écrite ; l’histoire d’amour est belle et intense, et on ressent beaucoup d’émotions. Cependant, malgré leur comportement que l’on peut qualifier d’approprié, vu l’époque, je n’ai pas réussi à m’attacher à tous les personnages, et je trouve le choix de la narration peu judicieux et peu logique. Cela reste néanmoins un classique de la littérature anglaise que tout le monde devrait lire au moins une fois et que je conseille.
   

jeudi 28 avril 2016

Les tags [7] 14 questions, 14 réponses


Bonjour à tous !
On se retrouve aujourd’hui pour un tag sans nom. C’est Nova Baby du blog De la plume au clic qui nous a taguée dans cet article, et nous la remercions encore d’avoir pensé à nous ! C’est moi, Julie, qui vais répondre aux questions suivantes, puisque c’est à mon tour. ^^ On commence tout de suite avec…

1. Que penses-tu des adaptations cinéma ?
Tout d’abord, il faut savoir que je ne vais plus au cinéma (manque de temps), donc les dernières adaptions que j’ai vu remontent à l’année dernière. Dans celles que j’ai vu, c’est-à-dire tous les Harry Potter, les 3 premiers Hunger Games, Divergente 1 et 2, entre autres, je n’ai pas été déçue. J’ai en effet beaucoup de mal à m’imaginer les personnages, l’univers, donc c’est parfait de les voir en films ! Après, je préfère quand même lire le livre avant, question de principe.

2. Quel marque-page utilises-tu ?
Je ne suis pas très difficile : pour l’instant, c’est un marque-page plastifié avec une peinture dessus. Il est un peu abîmé, alors je compte bientôt le changer. Je ne vois pas l’intérêt de collectionner des marques-pages, mais j’aime bien quand ils sont jolis.

3. Quel est ton coup de cœur 2015 ?
Très très facile de répondre à cette question. Selon moi, le livre parfait existe : Le soleil est pour toi de Jandy Nelson. Ce livre est un diamant brut. Il est magnifique. Et surtout, si vous voulez savoir ce que ça fait d’avoir une sœur jumelle/un frère jumeau, lisez-le. L’auteure a su retranscrire la relation entre deux jumeaux, et c’est superbe. Croyez-moi, je sais de quoi je parle !

4. Comment classes-tu tes livres ?
Ma bibliothèque est une étagère avec 5 niveaux, très simple. En haut, il y a les grands formats ; en-dessous, les Milady ; en-dessous, les Black Moon ; en-dessous, tout un fouilli de livres moyens formats ou petits formats, et de même pour l’étagère du bas. Tout est par taille mais pas par ordre alphabétique ou par édition. Vous pouvez voir ce classement avec la photo ci-dessous. Désolée pour la qualité : l'appareil photo de mon téléphone est pourri, et il pleuvait quand j'ai pris la photo, alors c'est tout sombre.
Ma bibliothèque !
5. Quels sont tes blogs de lecture préférés ?
C’est très simple : tous ceux qui sont à droite sur notre blog ! Je ne pourrais pas en désigner seulement 5, j’ai plaisir à lire tous ceux qui sont marqués. :)

6. Des petites habitudes inavouables quand tu lis ?
Hmm… Quand je lis sur mon lit, je suis sur le dos, donc ma tête est assez basse. Or, j’ai des lunettes. Donc, le soir, je les mets sur le bout de mon nez pour lire. x) Je suis en mode mémère, je ne vous raconte pas. ^^ Sinon je n’arrête de bouger la jambe, donc le sommier n’arrête pas de grincer ; il faut toujours que je bouge quelque chose. ^^


7. Un auteur contemporain que tu aimerais rencontrer et pourquoi ?
Jandy Nelson !! Parce qu’elle a écrit mon livre préféré, et parce que j’aimerais lui demander comment elle a réussi à retranscrire avec tant de fidélité la relation gémellaire.

8. Où achètes-tu tes livres (neufs et occasion) ?
Sur la Fnac ! J’habite dans un trou paumé, et la première librairie est à 1h de route… Sinon parfois dans des grandes surfaces, mais c’est plus rare. J’achète de moins en moins de livres, et il faut vraiment que j’aie très très envie de le lire. Je préfère emprunter à la médiathèque (15 min de route), où je vais faire un tour un samedi sur deux environ, ou alors au CDI de mon lycée, qui est vraiment très bien fourni.

9. En ce moment, quel genre de littérature lis-tu le plus ?
 De la littérature classique. Pourquoi ? Parce que je n’ai rien d’autres à lire, et il y a plein d’auteurs que j’ai envie de découvrir ou redécouvrir.
10. Un livre à la fois ou plusieurs ?
Un seul ! Je suis une grande stressée et maniaque, et je ne peux pas concevoir de lire deux livres à la fois. C’est psychologique ; je pourrais me rendre malade pour ça. ^^’

11. Quelle est ta lecture en cours ?
Au jour où je prépare cet article, vendredi 22 avril, je lis Les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë en version intégrale. Pour l'instant, j'aime beaucoup !

12. Sur quel site communautaire en rapport avec la lecture aimes-tu aller ?
Booknode, sans hésiter. Je suis inscrite depuis 2013 (mon compte), et j’adore. Le design est vraiment sympa et accessible, tous les livres sont présents, la communauté est sympa… Je le préfère largement à Livraddict, où nous sommes également. Ce que je n’aime pas avec Livraddict, c’est le design et le fait qu’il faille bien taper le titre d’un livre en entier dans la barre de recherche. Dès qu’on oublie un tiret, ça ne passe pas, et ça m’énerve à un point… !

13. Livre papier ou numérique ?
Papier : je n’ai pas de liseuse, et je ne vois pas l’intérêt d’en avoir une, étant donné que je suis interne et que souvent je trimballe mes livres dans mon sac ou ma valise. Une liseuse ne ferait pas long feu ! Et même, encore psychologiquement, je ne me vois pas lire sur un objet technologique. Déjà que je ne me sers jamais de mon téléphone portable… Et puis, je suis très attachée au livre papier, le tenir… Je suis chiante, hein ? ^^

 
14. Quel est ton endroit préféré pour lire ?
Mon lit (chez moi, pas à l’internat). A l’internat, je suis obligée de bouquiner à mon bureau, alors ce n’est pas très confortable ! Tous les soirs je change au moins 10 fois de position sur ma chaise, c’est l’enfer. Et sinon, en hiver, sur le canapé, parce que je suis une grosse frileuse et que le canapé est tout près de la cheminée avec un bon feu.

15. Invite cinq amis à y répondre.
Bon, j’invite Miss Nana du blog Ado Lectrice ; Camille et/ou Pauline, Les Petites Lectrices ; Kitsy du Cercle littéraire de Kitsy ; Virginie de Pluie de mots ; et Léna du blog Un univers de livres.  Evidemment, si vous voulez reprendre ce tag ou répondre aux questions en commentaire, n’hésitez pas !

mardi 26 avril 2016

Un peu de classiques... [5] Levi, Zola & Buzzati

Bonjour à tous !
On se retrouve aujourd’hui pour un nouveau « Un peu de classiques… », puisque j’en ai lu plusieurs pendant les vacances. Comme cela aurait fait trop de chroniques, les voici en version condensée. Je précise que j’ai lu ces 3 livres de moi-même sans les avoir étudié en cours. On commence tout de suite avec…

Titre : Si c’est un homme
Auteur : Primo Levi
Edition : Pocket
Nombre de pages : 315
Résumé : Si c'est un homme est un récit autobiographique. Libéré d'Auschwitz, Primo Levi témoigne. Il décrit la peur, l'instinct de survie, la mort et l'humiliation qu'ont vécus les déportés. Il fait partie d'un convoi de six cent cinquante Juifs, mais seulement quatre-vingt-seize hommes et vingt-neuf femmes sont épargnés. Les autres, déclarés invalides, sont immédiatement gazés. Ils luttent tous contre la déshumanisation dont ils sont les victimes : on leur retire leur nom, ils sont tatoués comme du vulgaire bétail. Malgré tout, l'auteur parvient à se faire quelques amis : Lorenzo, un ouvrier, mais surtout Alberto, son meilleur ami... Vivre, non. Simplement survivre.



    D’accord, j’ai un peu triché avec le titre de l’article : Si c’est un homme est plus un contemporain qu’un classique. Mais je me voyais mal faire une chronique dessus, à moins qu’elle ne soit très très courte, d’où le mini-avis ici présent.
    En effet, je considère que je n’ai pas le droit de critiquer ce livre. Il s’agit d’un témoignage, d’une autobiographie de Primo Levi qui a vécu au camp de travail d’Auschwitz pendant presque un an. Il raconte donc comment il est arrivé au camp, ses journées… Un peu comme un journal intime, si vous voulez, mais en plus condensé. En fond, nous avons également une réelle réflexion sur l’Homme, sur la déshumanisation, ce qui est vraiment intéressant. Etant donné qu’il s’agit d’une histoire vraie, je n’ai pas le droit de juger Si c’est un homme sur les personnages, l’histoire, le suspense, la créativité (je reprends ici les critères de notation sur Booknode).
    Tout ce que je peux dire, c’est que ce livre est vraiment très intéressant, et tout le monde devrait le lire pour bien se rendre compte de ce qu’il s’est passé aux camps de travail durant la 2nde Guerre Mondiale. Le récit est un peu long, c’est vrai, mais franchement, lisez-le. Après avoir étudié la 2nde Guerre Mondiale, donc je pense après la troisième voire la première, puisqu’on réétudie la 2nde Guerre Mondiale en plus approfondi. 
    Je le dis et me répète : Si c’est un homme nous fait ouvrir les yeux sur la réalité des camps de travail, et il est à lire au moins une fois dans sa vie, selon moi. C'est une très bonne lecture pour ma part.



Titre : Germinal
Auteur : Emile Zola
Edition : GF Flammarion
Nombre de pages : 536 (sans dossier)
Résumé : A Montsou, dix milles mineurs gémissent sous le poids d’une exploitation toujours plus forte ; parmi eux, Etienne Lantier, qui voudrait voir triompher ses idéaux socialistes. Quand la grève éclate, il en devient le chef, guidant les revendications des ouvriers, les incitant à la fermeté. Bientôt, le coron est à court de pain, et la rébellion se durcit…





    Humcomment dire que j’ai adoré ? Il s’agit de mon premier Zola, que j’ai lu de moi-même. J’avais de nombreuses appréhensions : peur de ne pas apprécier, que le livre soit super long… eh bien pas du tout !
    Pour résumer rapidement, nous sommes à Montsou, où des mineurs travaillent à la mine dans des conditions difficiles et avec un maigre salaire. Nous suivons donc des personnages évoluer, mais aussi la révolte de la classe populaire. Ca ne fait pas très envie, comme cela, mais je vous jure que ce livre est génial. Les personnages sont très attachants, il y a de l’action, même du suspense, des drames. Et surtout, beaucoup de réalisme. Ainsi, il y a de nombreux termes techniques sur la mine (merci le lexique à la fin du livre), et beaucoup de faits assez atroces. Zola ne cherche pas à enjoliver la réalité, au contraire, il cherche même à nous dégoûter. J’ai adoré sa plume, qui est très belle avec de longues descriptions ornées de métaphores qui m’ont beaucoup plu.
    Je ne vous cache pas que ce livre est une brique, et il est donc long à lire. En période de vacances, j’ai mis 4 jours à le lire, ce dont je suis assez fière. Pourtant, je ne me suis pas ennuyée : j’avais toujours envie de savoir la suite, comment allait évoluer la révolte et les personnages qui, je le répète, sont vraiment attachants et uniques.
    Ainsi, Germinal est une excellente lecture et une très belle découverte. C’est un classique qui est véritablement à lire, même si je peux comprendre qu’on n’aime pas. J’ai L’Assommoir dans ma PAL, et je pense que je le lirai durant les prochaines vacances – je ne compte pas lâcher Zola de si tôt !

Titre : Le K
Auteur : Dino Buzzati
Edition : Pocket
Nombre de pages : 412 (sans la postface)
Résumé : Lorsque le vieux Stefano rencontre enfin le K, le squale qui doit le dévorer, il découvre que le monstre l'a poursuivi sur toutes les mers du monde, non pour l'avaler mais pour lui remettre la perle merveilleuse « qui donne à celui qui la possède fortune, puissance, amour et paix de l'âme ». Devenu, avec Le désert des Tartares, un classique du XXe siècle, ce récit ouvre un recueil de 50 contes fantastiques où l'on retrouve tous les thèmes poignants et familiers de Dino Buzzati : la fuite des jours, la fatalité de notre condition de mortels, l'angoisse du néant, l'échec de toute vie, le mystère de la souffrance et du mal. Autant d'histoires merveilleuses, tristes ou inquiétantes pour traduire la réalité vécue de ce qui est par nature incommunicable.


    Je précise tout de suite que ce mini-avis a été écrit à l’internat, mercredi après-midi, alors que je suis crevée, donc tout va être assez court.
    Il s’agit d’un recueil de nouvelles que j’ai beaucoup aimé. En 4e, j’avais déjà étudié « Le veston ensorcelé », donc je connaissais un peu, et en outre il était dans la bibliothèque familiale. Je ne lis jamais de nouvelles, sauf des dérivées de séries, donc c’était l’occasion de tenter. Je ressors ravie de cette lecture ! J’ai eu plusieurs petits coups de cœur pour des nouvelles, dont « Le K », « La création », « Pauvre petit garçon ! » et « Le petit ballon ». J’ai vraiment accroché à l’univers de Buzzati, résolument fantastique, ainsi que la morale de ses nouvelles. Rassurez-vous, elle est très facile à comprendre puisque la chute est bien mise en valeur. Franchement, je pense que l’on peut lire ce recueil dès 14/15 ans.
    La plume de l’auteur est assez simple mais percutante ; tout est très fluide, en tout cas, surtout grâce au format. Je n’ai pas été déçue par les nouvelles, j’ai trouvé leur longueur appropriée, comme le contenu. Moi qui ne suis pas adepte de ce genre, je pense que je m’y mettrai bien.
    Je ne peux pas vous décrire chaque nouvelle, ce serait beaucoup trop long. Pour parler un peu des thèmes abordés, il y a à trois reprises la Guerre Froide ; on retrouve également un au-delà, où des saints observent la Terre ; dans « La création », Buzzati propose une nouvelle définition de la Création que je vous laisse découvrir. Ce sont des thèmes très modernes et qui m’ont tous bien plu ; rien n’est laissé au hasard.

    Ainsi, Le K est une très bonne lecture. Je ne pensais pas autant apprécier ce recueil de nouvelles, et je ressors véritablement charmée de ma lecture. La plume de l’auteur est fluide, les histoires intéressantes, de même que les chutes, et toutes sont originales. Même si vous n’êtes pas adeptes des nouvelles, je vous recommande vraiment ce recueil. Selon moi, il mérite d’être lu ! Quand j’aurai lu touuuus les livres qui me font envie en ce moment, j’essayerai de dénicher Le désert des Tartares du même auteur.

Et vous ? Avez-vous lu ces 3 livres ? Qu’en avez-vous pensé ?

Cet article vous a intéressé ? Vous voulez découvrir d’autres classiques ? Vous pouvez retrouver d’autres avis de ce genre sur des auteurs variés (cliquez sur les numéros entre crochets) :
[1] Marivaux (L'Île des Esclaves, Le jeu de l'amour et du hasard), Musset (On ne badine pas avec l'amour) & Racine (Andromaque)
[2] Musset (On ne badine pas avec l'amour), Molière (Tartuffe) & Racine (Phèdre) 

[3] Beckett (En attendant Godot), Molière (Dom Juan) & Schmitt (La Nuit de Valognes)
[4] Rostand (Cyrano de Bergerac), Camus (L'Etranger) & Gary (La promesse de l'aube)