dimanche 31 juillet 2016

Bilan du mois [12] Juillet 2016

Coucou tout le monde !
Comme à chaque fin de mois, voici notre traditionnel bilan du mois. Même si nous n’avons pas été très présentes, nous avons énormément lu, surtout Julie qui a explosé son record de livres lus. Cela s’explique évidemment par le fait que nous sommes en vacances, que nous n’avons aucune vie sociale, et que donc nous avons tout notre temps pour lire, lire, lire. Ce mois aura été très peinard, bien qu’il ait été entaché par les tragédies qui ont touché la France et d’autres pays partout dans le monde, malheureusement…
Ainsi, Julie aura lu 31 livres, et Emilie 22 livres. Oui, c’est énorme, mais nous allons vous expliquer comment nous avons fait ça un peu plus bas.
A force, vous connaissez : dans les lignes qui suivent, le premier paragraphe correspond aux lectures de Julie, et le second aux lectures d’Emilie. Comme les mois précédents, nous publions chacune les chroniques de l’autre quand on a lu le même livre, puisque nos avis sont tout le temps similaires. Pour lire nos chroniques, cliquez sur l’appréciation entre crochets ou sur « • Avis de… • ».
On commence tout de suite avec…

Nos lectures du mois…

Carmen – Prosper Mérimée [Très bonne lecture]
Angelfall, tome 1 : Penryn et la fin du monde – Susan Ee [Excellente lecture] • Avis d’Emilie
Le roi se meurt – Eugène Ionesco [Bonne lecture] • Avis d’Emilie
Lorenzaccio – Alfred de Musset [Bonne lecture] • Avis d’Emilie
Macbeth – William Shakespeare [Excellente lecture]
Hamlet – William Shakespeare [Excellente lecture]
Les souffrances du jeune Werther – Johann Wolfgang von Goethe [Excellente lecture]
La cantatrice chauve – Eugène Ionesco [Très bonne lecture]
Le voyage dans le passé – Stefan Zweig [Excellente lecture]
L’instant précis où les destins s’entremêlent – Angélique Barbérat [Très bonne lecture] • Avis d’Emilie
Psi-Changeling, tome 3 : Caresses de Glaces – Nalini Singh [Abandonné] Non chroniqué
La Passe-Miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune – Christelle Dabos [Excellente lecture]  Avis d’Emilie
Juste avant le bonheur – Agnès Ledig [Coup de cœur]
Angelfall, tome 2 : Le règne des anges – Susan Ee [Très bonne lecture] • Avis d’Emilie
Une braise sous la cendre, tome 1 – Sabaa Tahir [Excellente lecture]
Harry Potter à l’école des sorciers, tome 1 – J. K. Rowling [Très bonne lecture]
La Vénus d’Ille – Prosper Mérimée [Bonne lecture] • Avis d’Emilie
Harry Potter et la Chambre des Secrets, tome 2 – J. K. Rowling [Très bonne lecture]
La Mort du roi Tsongor – Laurent Gaudé [Excellente lecture / Coup de cœur]
Vingt-quatre heures de la vie d’une femme – Stefan Zweig [Très bonne lecture]
Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban, tome 3 – J. K. Rowling [Coup de cœur]
Everything, Everything – Nicola Yoon [Lecture moyenne] • Avis d’Emilie
Le Horla – Guy de Maupassant [Bonne lecture] Non chroniqué
Antigone – Sophocle [Très bonne lecture] • Avis d’Emilie •
Antigone – Jean Anouilh [Très bonne lecture] • Avis d’Emilie •
Une si longue nuit – Mary Higgins Clark [Très bonne lecture]
La double inconstance – Marivaux [Excellente lecture]
Les fausses confidences – Marivaux [Très bonne lecture]
De force – Karine Giebel [Excellente lecture]
Phobos, tome 2 – Victor Dixen [Très bonne lecture] • Avis d'Emilie •
Phobos, tome 0 : Origines - Victor Dixen [Très bonne lecture] • Avis d'Emilie •

Phobos, tome 1 : Les Ephémères – Victor Dixen [Excellente lecture] • Avis de Julie •
On regrettera plus tard – Agnès Ledig [Excellente lecture] • Avis de Julie •
Bérénice – Racine [Très bonne lecture]  • Avis de Julie •
Carmen – Prosper Mérimée [Bonne lecture] • Avis de Julie
L’instant précis où les destins s’entremêlent – Angélique Barbérat [Coup de ♥]
L’Assommoir – Emile Zola [Très bonne lecture] • Avis de Julie •
Macbeth – William Shakespeare [Bonne lecture] • Avis de Julie •
Angelfall, tome 2 : Le règne des anges  – Susan Ee [Très bonne lecture]
La Vénus d’Ille – Prosper Mérimée [Bonne lecture]
Millénium, tome 2 : La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette – Stieg Larsson [Très bonne lecture]
Juste avant le bonheur – Agnès Ledig [Petit coup de ♥] • Avis de Julie •
Rhinocéros – Eugène Ionesco [Très bonne lecture]
Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l’école des sorciers – J.K. Rowling [Très bonne lecture]
Une braise sous la cendre – Sabaa Tahir [Très bonne lecture] • Avis de Julie •
Everything, Everything – Nicola Yoon [Très bonne lecture]
La cantatrice chauve – Eugène Ionesco [Bonne lecture] • Avis de Julie •
La Mort du roi Tsongor – Laurent Gaudé [Coup de ♥] • Avis de Julie •
Harry Potter, tome 2 : Harry Potter et la Chambre des Secrets – J.K. Rowling [Très bonne lecture] 
Homo faber – Max Frisch [Très bonne lecture]
Harry Potter, tome 3 : Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – J.K. Rowling [Coup de ♥] 
Phobos, tome 2 – Victor Dixen [Excellente lecture]
Phobos, Origines – Victor Dixen [Très bonne lecture]


Nos impressions…

Julie : Ce mois aura été exceptionnel. J’ai pu dévorer 31 livres, ce qui est énorme. Surtout que ce ne sont que de très bonnes lectures, voire plus, puisque j’ai eu pas moins de 3 coups de cœur ! Mais également 1 abandon, que je n’ai pas compté dans mon bilan. Ma série du mois est sans conteste Harry Potter, que j’ai relu pour la énième fois… J’adore toujours autant cet univers et ces personnages, et je compte lire les tomes suivants en août. Mon auteur du mois ? Difficile à dire : Shakespeare parce que je l’ai découvert et j’ai adoré ses deux pièces, mais aussi Goethe, pour sa plume qui est juste sublime.
Comme à mon habitude, j'ai varié les genres, puisque j'ai lu aussi bien des classiques, des contemporains que des young-adult. Pour le mois qui vient, je pense lire davantage de romans. J'aurai également moins de temps pour lire, puisque je devrai aider mon père et je compte bien réviser mes langues pour la rentrée.
On m’a fait parfois fait la réflexion que je lisais beaucoup, voire trop. Rassurez-vous : dans ces 31 livres, je n’ai lu « que » 17 romans, 5 nouvelles et 9 pièces de théâtre, et ces deux derniers genres se lisent très rapidement : à peine une journée. De plus, je prends le temps de savourer chaque livre, même si paradoxalement je les dévore parce que je veux savoir la suite. Je n’ai rien à faire, chez moi, sinon lire, puisque je ne sors pas et je ne joue à aucun jeu (allusion très subtile au dernier qui apparemment fait un tabac...). Donc voilà, je tenais à m’expliquer, si cette question vous tarabustait. 

Emilie : Je suis à nouveau très contente de moi pour ce mois-ci. Record explosé ! J’ai lu 22 livres, dont 2 pavés (Zola et Millénium 2), et j’ai tourné 7092 pages, soit 2000 pages de plus que le mois dernier (sachant que ce compte s’arrête à Phobos et que j’ai commencé un autre long livre). Toujours dans les récap, j’ai eu plusieurs coups de cœur, ce qui est un vrai miracle. Ces livres sont tous différents, mais ils m’ont touchée chacun à leur manière, et j’en suis très heureuse. J’ai également eu 3 excellentes lectures, mais surtout beaucoup de très bonnes lectures, alors c’est super. Et 0 déception à l’horizon ! Au niveau des genres, comme vous l’avez peut-être remarqué, pas de Psi Changeling ou de bit-lit en juillet, j’ai surtout alterné les classiques avec des contemporains/Young Adult/etc. Mais surtout : j’ai commencé à relire les Harry Potter ! C’est toujours un plaisir de replonger dans cette série qui a marqué mon âme de lectrice. Les plus belles surprises du mois, hormis les coups de cœur, sont le tome 2 de Millénium, que j’ai vraiment kiffé adoré, ainsi que la série Phobos, qui est une vraie bombe. Par contre, je n’ai pas beaucoup chroniqué mes lectures, j’espère que cela s’arrangera en aout… Je pense lire moins de YA le mois prochain, et peut-être plus de classiques et de contemporains. Je pense également lire encore plus de livres, car j’ai lu tous les pavés que j’avais à lire. En tout cas, j’espère avoir un aussi beau bilan que celui-ci !

Voilà ! Nous concluons par vous remercier d’avoir été présents malgré notre absence, et nous vous souhaitons un très bon mois d’août, accompagné comme toujours d’une pléthore de belles lectures.

samedi 30 juillet 2016

Un peu de classiques... [15] Emile Zola & Marivaux



Titre : L’Assommoir
Auteur : Emile Zola
Edition : Folio Classique
Nombre de pages :  518 (sans dossier)
Résumé : L'Assommoir était un bar, rue Poissonnière, à Paris, en 1870. C'est là, dans les vapeurs d'alcool, que se nouera la tragédie de Gervaise.
Abandonnée par le père de ses deux enfants, elle épouse l'ouvrier zingueur Coupeau. Heureux, ils travaillent douze heures par jour jusqu'à ce que Coupeau tombe d'un toit. Ils s'enfoncent alors dans la pauvreté, le vice et l'alcoolisme.





    Après Germinal, mon premier roman de l’auteur, que j’avais adoré, me revoici avec l’autre livre que comptait ma PAL, grâce à mon cousin : L’Assommoir. Même si j’ai préféré Germinal, celui-ci reste une très bonne lecture.
    On y suit, sur une vingtaine d’années, Gervaise Macquart, qui a 20 ans au début du roman. Il va lui arriver plusieurs choses durant toutes ces années : des bonnes, où elle est au sommet de sa gloire personnelle, mais aussi des mauvaises, où elle sera au fond du gouffre… Je ne veux pas trop raconter, parce que sinon je vois spoilerais tout. Dans ce roman, Zola dénonce plusieurs choses : la vie ouvrière, évidemment, comme dans Germinal, où les ouvriers sont sous-payés et triment toute leur vie. Mais il s’intéresse également à la misère qui ressort toujours, et aussi à l’alcool, comme l’indique le titre : l’Assommoir est en effet une sorte de bistrot, les gens allaient se saouler… Zola, en s’attaquant à des problèmes trop souvent cachés, en profite pour dénoncer l’égoïsme avec les Lorilleux, qui sont détestables à toujours ne penser qu’à eux, et à retourner leur chemise quand ça les arrange. On retrouve aussi le parasite – vous savez, cette personne qui squatte les foyers et les manipule pour son propre profit ? – en le personnage de Lantier, que je vous laisse découvrir.
    Ce roman ne peut pas laisser indifférent. Au début, je me suis vraiment attachée à Gervaise : je la comprenais, je vivais avec elle. Cependant, par la suite, elle tombe tellement bas, et les personnages qui gravitent autour d’elle sont tellement de pire en pire, que la lecture devient difficile. Pas à cause du style, mais à cause de toutes les émotions que l’on ressent : on a pitié des personnages, mais en même temps on ne peut pas les détester complètement… C’est ce qui fait que ce n’est « que » une très bonne lecture : si ce livre est clairement à lire, il ne réunit pas toutes les qualités pour que le lecteur l’aime, dans le sens complet du terme.
    Attention, je ne critique pas le roman : je me place juste de mon point de vue de lectrice. On sent vraiment le réalisme dans la plume de Zola, qui s’adapte au langage de ses personnages, puisqu’on retrouve beaucoup de mots d’argots (heureusement, un lexique était disponible à la fin du livre).
    Ainsi, L’Assommoir est une très bonne lecture, parce que j’ai réellement souffert en le lisant, en vivant avec les personnages. Avec un tel mal-être, difficile de le classer plus haut ! Mais au niveau de la qualité, il mérite un large 20/20, et je ne peux que vous encourage à le lire.

***

Titre : La double inconstance
Auteur : Marivaux
Edition : GF Flammarion
Nombre de pages : 101 (sans dossier)
Résumé : Silvia et Arlequin s'aiment. Mais le Prince s'est épris de la belle et l'enlève. Entremetteuse du Prince, Flaminia séduit Arlequin et s'attire les confidences de Silvia. Attisant sa coquetterie, elle initie la jeune paysanne aux jouissances mondaines. Mais elle pique également son amour-propre des rumeurs jalouses de la Cour. Suggérant au Prince de se déguiser, elle lui permet de se déclarer en simple habit d'officier, à coeur ouvert, et de gagner celui de Silvia. Et La Double Inconstance s'achève sur un double mariage et marque alors la consécration de la logique froide du sentiment, des lois du coeur. Cette « comédie d'amour » resta longtemps incomprise du fait de son ambiguïté. Elle est sans nul doute l'un des chassés-croisés amoureux les plus brillamment ficelés du théâtre de Marivaux.


    J’avais oublié à quel point c’était agréable de lire du Marivaux. Rappelez-vous : j’avais déjà lu et chroniqué L’île des esclaves et Le jeude l’amour et du hasard, deux pièces que j’avais beaucoup aimé. J’avoue, je n’avais pas très envie de lire celle-là, j’avais peur de ne pas trop aimer, mais finalement je me suis forcée car je devais aller emprunter des livres le lendemain, donc je n’allais pas commencer un roman… Bref.
    Ici, nous suivons quatre personnages (il y en quelques autres, mais ce sont les principaux : ) Arlequin et Silvia, qui au départ s’aiment ; le Prince, qui aime Silvia et veut se marier avec elle (du coup il passe devant Arlequin, vu qu’il a de l’argent) et Flaminia, qui elle va aider le Prince à conquérir Silvia en séduisant Arlequin pour qu’il s’éloigne de Silvia. Oui, je sais, c’est compliqué. Sans oublier que le Prince va se déguiser en simple soldat, pour mieux séduire Silvia…
    Cette pièce porte remarquablement bien son titre (je vous laisse découvrir en quoi !) en plus d’être très intéressante. En effet, on voit vraiment l’évolution dans les sentiments de Silvia et Arlequin, et personnellement j’ai adoré la critique que Marivaux (je suppose : je n’ai pas étudié la pièce) fait par le biais d’Arlequin, à la fin, sur les nobles qui, en gros, volent les femmes des autres sans penser à ces autres.
     Marivaux a un style incroyablement fluide et pas du tout lourd, ce qui fait que la pièce se lit rapidement et qu’on passe un très très bon moment de lecture. Les personnages sont tous attachants à leur manière, et comme je le disais on voit bien l’évolution de leurs sentiments.
    Ainsi, c’est une excellente lecture ! J’ai adoré ma lecture, je ne vois aucun point négatif et je ne peux que vous encourager à découvrir la double inconstance de ces personnages…

***


Titre : Les Fausses confidences
Auteur : Marivaux
Edition : GF Flammarion
Nombre de pages : 132 (sans dossier)
Résumé : Un valet d'intrigue, Dubois, veut faire la fortune de son ancien maître ruiné, Dorante, en le mariant à sa nouvelle maîtresse, une jeune et jolie veuve, Araminte. De ce stratagème, l'amour va pourtant triompher. Un amour vrai, mais révélé à force de ruses et de manipulations. Dans les Fausses Confidences, Marivaux joue des valeurs morales pour mieux désorienter son public : entre sincérité et hypocrisie, vérité et fiction, désintéressement et cupidité, les frontières sont parfois poreuses.



    Il s’agit ici de ma quatrième pièce de Marivaux, et je pense que c’est celle que j’ai le moins aimé, même si elle reste une très bonne lecture. Attention, préparez-vous psychologiquement au résumé qui va suivre, car c’est compliqué.
    Nous suivons donc Dorante, jeune homme d’assez bonne naissance mais qui n’est pas riche. Il est amoureux d’Araminte, veuve, qui, elle, n’a aucun problème d’argent. Aidé de son valet Dubois, Dorante va se faire embaucher comme intendant auprès d’Araminte, et Dubois, le confident d’à peu près tous les personnages (d’où le titre), va inventer des choses, ce qui crée une sacrée intrigue, pour que au final Araminte tombe amoureuse de Dorante, qui lui va également jouer un double jeu.
    Voilà. J’ai trouvé cette intrigue moins intéressante que les autres, où on était plus dans les sentiments, l’amour… Ici, on est vraiment dans des intrigues, des cachotteries, des mensonges… Pour tout vous dire, j’ai trouvé cela assez farfelu, ce qui m’a un peu dérangée : je ne voyais pas l’intérêt de faire une pièce autour de ça, en fait.
    Malgré cela, c’est une pièce sympathique. Dorante est attachant, même si personnellement j’aurais eu plus de scrupules, si j’avais du tromper autant de personnes pour arriver à une fin si simple. La plume de Marivaux est toujours aussi fluide, et certaines situations sont assez drôles, puisque le lecteur connait la vérité. Là encore, on voit bien  l’évolution des sentiments chez Araminte, qui, mine de rien, s’attache à son nouvel intendant.
    Je pense que j’aurais préféré voir cette pièce au théâtre : le jeu scénique prend beaucoup de place, surtout dans les intonations, à mon avis, et je suis certaine que j’aurais passé un meilleur moment.
    Ainsi, il s’agit d’une très bonne lecture, mais pour l’instant c’est la pièce que j’ai le moins aimé de Marivaux.